Les chemins de l’errance est mon premier projet de photographie argentique à tendance documentaire. Il a été fait pendant les premiers mois de la guerre en Ukraine.
Il est composé de 5 parties.
Les deux premières portent sur l’exode que j’ai suivi en Pologne, en Hongrie, en Roumanie, en Moldavie, mais aussi en Ukraine.
Les trois autres sur les stigmates de la guerre sur le sol ukrainien (Lviv, Kyiv, Tchernihiv, Kharkiv, mais aussi Boutcha, Borodyanka, Hostomel, Irpin, et d’autres encore). À la toute fin, vous verrez dans quelles conditions j’ai vécu pendant une bonne partie de ce périple (dans une 206 aménagée en janvier dernier).
Dans ce projet, j’ai tenté de dire à ma manière ce monde en guerre qui se délite au rythme des bombardements et des vies qui disparaissent, en empruntant une autre écriture que celle du photojournalisme habituel.